Lampes de photothérapie

Les lampes de photothérapie sont des ampoules de type fluorescentes et LED utilisées pour les traitements néonatals, dermatologiques et psychologiques.

Qu’est-ce que la photothérapie ?

La photothérapie, également appelée luminothérapie ou luminothérapie, est un outil thérapeutique dans lequel le rayonnement électromagnétique, c’est-à-dire la lumière, est utilisé pour le traitement de maladies médicales et de troubles psychopathologiques. Le type de lumière appliquée peut être un rayonnement visible, infrarouge ou ultraviolet. Dans le domaine médical, la photothérapie est surtout utilisée dans le traitement des maladies de la peau, telles que le vitiligo ou le psoriasis.

La photothérapie est également le traitement de choix pour réduire la sévérité de l’hyperbilirubinémie néonatale, quelle que soit son étiologie. La photothérapie réduit les niveaux de bilirubine en transformant la bilirubine en isomères hydrosolubles qui peuvent être éliminés non conjugués dans le foie.

Dans quels types de maladies les lampes de photothérapie sont-elles utilisées ?

La photothérapie consiste en l’utilisation d’une série de lampes dans le traitement de différentes maladies de la peau au moyen de rayonnement ultraviolet, qui a principalement une action anti-inflammatoire. Le mécanisme d’action de la photothérapie est complexe, et peut s’expliquer par l’action combinée de l’inhibition de la prolifération épidermique, d’un effet anti-inflammatoire, et de diverses actions immunomodulatrices.

La photothérapie est utilisée dans différentes maladies dermatologiques inflammatoires (psoriasis, dermatite atopique, vitiligo, entre autres) et néoplasiques (mycosis fongoïde). Il est généralement indiqué dans les formes extensives dans lesquelles l’application d’un traitement topique est insuffisante. Et aussi dans le traitement de la jaunisse néonatale.

Comment les lampes de photothérapie sont-elles utilisées ?

Il existe différents types de rayonnement thérapeutique. Rayonnement UVA et UVB à bande étroite. Les UVA sont un rayonnement qui atteint plus profondément mais de manière moins puissante, c’est pourquoi il a besoin d’un médicament photosensibilisant (c’est-à-dire qui renforce l’effet du rayonnement UVA) : le psoralène (Psoralène + UVA = PUVA). Dans le cas d’affections cutanées étendues, le psoralène est administré en comprimés (selon le poids), 2 heures avant la séance, tandis que dans les éruptions localisées (douces et pieds) il est administré en crème (ou bain), environ 15 minutes avant.

Les UVB sont un rayonnement plus superficiel mais suffisamment puissant pour ne nécessiter aucun médicament d’accompagnement. Selon le type de maladie, le type de lésions et les caractéristiques de chaque patient, un traitement ou un autre sera choisi. La dose de rayonnement par séance dépend également du type de peau de chaque patient. Généralement 2-3 séances par semaine sont administrées jusqu’à environ 20 séances. Occasionnellement, il peut être associé à d’autres traitements topiques ou systémiques pour en augmenter l’efficacité.

Dans le cas du traitement de l’ictère néonatal, il s’agit d’une technique simple qui consiste à placer une lumière à une distance de 30-40 cm de la surface corporelle nue du nouveau-né après avoir placé des lunettes radio-opaques et retiré toute crème ou lotion du peau.

Chez Kalstein, nous sommes FABRICANTS et nous vous proposons d’excellentes lampes de photothérapie aux meilleurs prix du marché et fabriquées avec la plus haute qualité. C’est pourquoi nous vous invitons à consulter le menu Produits. ICI