Qu’est-ce qu’un électrocardiogramme de derivation?

L’électrocardiogramme, est une étude médicale qui reflète les mécanismes et les impulsions du coeur, tels que les arythmies, l’insuffisance de sang (infarctus), qui sont pris par des électrodes reliées au corps du patient, et les mêmes, sont étudiés, par l’intermédiaire de l’électrocardiographe, et les signaux que celui-ci émet. 

Cette étude permet d’enregistrer et de visualiser à partir d’un écran, qui capte les signaux et les dérivations sous forme d’ondes, qui se traduisent par des modèles d’impulsions électriques qu’il transfère depuis le coeur du patient. L’aspect du motif, collabore pour le diagnostic d’une anomalie que celui-ci présente. L’interprétation de l’électrocardiogramme est essentielle à la connaissance et au développement de tout médecin pour savoir interpréter les manifestations cardiovasculaires des patients.

Types de dérivations

L’interprétation correcte de l’électrocardiogramme, doit être développé par un ensemble de connaissances des médecins spécialistes pour les soins des patients qui en ont besoin, soit dans les services d’urgence, les consultations personnelles, les blocs opératoires, etc. Il faut la compréhension dans la gestion des dérivations de l’électrocardiogramme, pour l’interprétation des manifestations cardiaques, et comprendre les événements électriques, mécaniques et acoustiques, qui sont la pierre angulaire de la fonction et indispensable pour le clinicien.

Pour comprendre les dérivations, il y en a douze qui se composent de six dérivations standard (I, II, III, aVR, aVL et aVF) et de six dérivations précordiales (V1, V2, V3, V4, V5 et V6). Les dérivations standard sont appelées bipolaires (I, II et III) et augmentées (aVR, aVL et aVF), qui sont expliquées comme suit :

  • Dérive I : Suit le contraste de tension entre les électrodes du bras gauche et du bras droit.
  • Dérive II : La différence de tension entre les électrodes de la jambe gauche et le bras droit.
  • Dérive III : La différence de tension entre les électrodes de la jambe gauche et du bras gauche.

Les dérivations élevées, analysent le plan frontal de l’activité électrique en enregistrant la tension du membre correspondant :

  • VR placée sur le bras droit
  • VL placée sur le bras gauche
  • aVF sur pied gauche

Les dérivations précordiales, sont installées de manière que, la lecture de l’activité électrique, parvienne à diviser le coeur en un plan horizontal. Elles sont chargées de rapporter l’action du vecteur dans le sens antérieur ou postérieur, droit ou gauche, mais elles ne peuvent pas voir supérieur ou inférieur mais en combinant les deux plans (frontal et précordial) nous obtenons le comportement TRIDIMENSIONNEL du vecteur en pouvant l’observer en haut ou en bas, droit ou gauche, antérieur ou postérieur. 

De cette façon, le registre électrique des dérivations, est accompagné par les structures du coeur, de sorte que, les variations dans l’un d’eux, ne donne pas une idée de la localisation du défaut causal, étant donné que :

  • V1-V2 Paroi septale
  • V3-V4 Paroi antérieure
  • I, AVL ,V5-V6 Paroi latérale
  • II, III, aVF Mur inférieur

La collecte de ces signaux est appelée électrocardiogramme (ECG) et est un indicateur clair du comportement et de l’état du coeur.

Interprétation des dérivations de l’électrocardiogramme 

Les électrodes reliées à l’électrocardiographe transforment les signaux électriques du coeur en ondes, qui sont imprimées sur papier, généralement immédiatement, afin que le médecin puisse effectuer le diagnostic.

Le résultat de l’électrocardiogramme, est imprimé sur un papier quadrillé, dans lequel chaque image est de 1 mm, correspondant à 0,04 secondes et un ensemble de 5 carrés forme un grand carré de 5 mm ou 0,20 secondes, donc 5 grands carrés équivalent à 1 seconde. Sur l’axe vertical, la tension est représentée et sur l’axe horizontal le temps. 10 mm de hauteur équivalent à 1 tension de 1mV.

Le rythme normal d’un ECG est constitué d’une onde P, d’un complexe QRS et d’une onde T. Pour interpréter un électrocardiogramme, il faut évaluer la présence de ces ondes, leur forme et leur durée, ainsi que le segment ST (temps qui s’écoule entre la fin de la dépolarisation et le début de la repolarisation des ventricules, il mesure moins de 1 mm, s’il est supérieur à 1 mm, indique infarctus ou ischémie).

Les ondes P, qui permettent de connaître le temps entre les battements du coeur, sont représentées comme une ligne droite entre le point le plus bas et le plus haut. L’onde T représente le petit battement perceptible après le premier et marque la fin du battement du coeur. 

Le temps écoulé entre l’un et l’autre, devrait être tout à fait normal tout au long de l’examen, si au contraire, vous remarquez des changements, c’est le signe d’une irrégularité dans les battements du coeur.

Par conséquent, il a été traduit dans la lecture des résultats des patients qui ont besoin des examens pertinents pour connaître et jeter les activités électriques du coeur.

Électrocardiographes de marque KALSTEIN

À Kalstein, nous sommes formés pour vous offrir les meilleurs équipements médicaux, capables de répondre aux exigences que toute unité médicale exige. Pour cela, nous offrons la machine ECG 3 canaux imprime 3 formes d’onde / canaux à la fois. Sur les machines à 3 canaux, les signaux ECG sélectionnés par le microprocesseur sont amplifiés, filtrés et envoyés à un multiplexeur à 3 canaux, modèles YR, alimentation électrique, garantie à vie, matériau métal et plastique, classification des instruments de classe A, moniteur écran tactile 7″ avec des couleurs de conception super minces, ports USB, stockage jusqu’à 30000 dossiers de patients et pour votre confort, cliquez sur notre lien ICI